Tous les films


Le journal

Grignews

Facebook

Vous êtes ici : Agenda > Une femme douce

Une femme douce


Version originale sous-titrée français

Titre original A Gentle Creature
Réalisateur Sergei Loznitsa
Acteurs Vasilina Makovtseva, Valeriu Andriuta, Sergeï Kolesov
Durée 2 h 23
Origine France
Langue russe
Année 2017
Distributeur Imagine Distribution

Sergei Loznitsa est un habitué du festival de Cannes. Il y était cette année en compétition avec cette « femme douce ». Pourtant, d’habitude, ses films restent ce qu’on appelle pudiquement des « films de festival », c’est-à-dire remarquables par bien des aspects mais « invendables ». Pas cette fois. C’est donc avec Une femme douce que vous allez découvrir son univers sombre, claustrophobe, désenchanté, en même temps que son audace formelle désarçonnante et son génie symboliste.

Une femme douce est une allégorie qui puise à même la richesse littéraire slave de Gogol ou Dostoïevski. Mais ce qui vient à l’esprit plus précisément, c’est Kafka, et son Château, mâtiné d’un peu de Procès. On retrouve le même absurde, qui d’anodin se fait oppressant, la même absence d’explications.

La bande-annonce est en VO sous-titrée anglais mais le film sera bien entendu sous-titré en français

Une femme vit seule à la campagne. Jusqu’à lors, tous les colis qu’elle envoyait à son mari, dans une prison aux confins du pays, étaient réceptionnés. Jusqu’au dernier, qui lui est renvoyé, sans aucune explication. Le mari a-t-il changé de prison ? Est-il mort ? Rien, pas un mot. Elle décide d’en savoir plus, d’aller voir sur place, et atterrit dans cette ville qui semble avoir été édifiée comme l’antichambre de la prison. Ici, les solidarités s’effritent au profit d’un ricanement général où chacun, de la matrone qui propose de loger la femme, au maquereau qui lui promet des nouvelles du mari en échange de faveurs sexuelles, n’ont de cesse d’asservir, sous une forme ou une autre. Pourtant, la femme, perdue dans ce tourbillon effréné, s’accroche à sa quête dérisoire.

La ténacité de cette femme, littéralement seule contre tous, se heurte à l’exubérance malsaine d’un monde déchu et bavard, tonitruant et sans pitié. Une allégorie, oui, d’un monde qui semble se complaire dans un absurde prenant des airs de barbarie.


Prochaines séances

Aucune séance à venir pour ce film